Les dépenses inhérentes à l’installation du salarié dans le nouveau logement

01/01/2019

Sous réserve que les circonstances de fait soient démontrées, l’employeur peut rembourser les dépenses inhérentes à l’installation du salarié dans le nouveau logement à partir d’allocations forfaitaires.

Pour 2019, ces allocations forfaitaires destinées à compenser les dépenses inhérentes à l’installation du salarié dans le nouveau logement sont exonérées dans la limite de 1 500,20 € pour une personne seule ou en couple.

Ce montant est majoré de 125 € par enfant à charge dans la limite de 1 875,10 € (valeurs 2019).

Si l’employeur n'opte pas pour le forfait, les remboursements des frais réellement engagés par les salariés pour s’installer dans son nouveau logement seront exonérés sous réserve que les dépenses soient justifiées.

Il s’agit des dépenses afférentes à la remise en service du nouveau logement, à sa remise en état et à son aménagement, comme par exemple :

  • le rétablissement d’électricité, eau, gaz, téléphone,
  • la remise en état du logement (nettoyage, remplacement de revêtements sols et de murs abîmés, réparation de plomberie),
  • la réexpédition du courrier…

En revanche ne sont pas déductibles les dépenses qui ne sont pas destinées à rendre le logement habitable, comme le paiement d’une caution en cas de location ou les dépenses de décoration.